Qui que tu sois César, ôte-toi de mon soleil 

RLHDTV

Vos émissions régulières regroupées en « Collections »

Nos hôtesses vous invitent à cliquer sur « Plan de vol » pour consulter nos sujets thématiques  d’une façon régulière sans subir le feu de l’actualité.

R    E    G    A    R    D    E    Z       L    E    S      H    O    M    M    E    S       D    A    N    S    E    R        

Une ponctuation, une phrase qui organise le récit. Une liberté sans filet proche de la narration chère aux surréalistes. Une écriture filmique empruntée à l'automatisme. Rien de mécanique dans le film d'Arthur Joffé, bien au contraire, tout est dans le délié, dans la souplesse de la plume.

Poète où es-tu ?

Une caméra stylo.

Le Feu sacré, le dernier film d'Arthur Joffé vient de sortir en DVD, aux éditions Montparnasse. A réserver sans tarder ! Un bon cru, comprenez qu'il y a dans le filmage, cette petite musique qui vous accompagne tout au long du film, vous rendant complice de l'œuvre. Vous juxtaposez votre plaisir à celui du réalisateur. Le film d'Arthur Joffé ne fait qu'un avec le spectateur puisque vous ne subissez pas l'histoire d'une façon passive, vous y participez. Complices.

Est-ce dû aux moyens restreints que le réalisateur a utilisés ? Est-ce dû, à la complicité tissée avec ses amis intervenants, à moins que cela soit le lieu, unique et pourtant diversifié dans lequel, caméra au poing, Arthur Joffé vogue dans les clairs obscures, à la recherche d'un espace lumineux pouvant instruire le documentaire. Un tout naturellement.

Plaisir du cadre, des couleurs tranchantes, des contre-jours. Théâtre d'ombre. Il faut écouter ses attentes. Silence qui nous ouvre un espace et nous prend par la main, comme un guide. Ses invités qui questionnent le réalisateur, droits dans l'objectif nous interrogent sur le cinéma, sur le réalisateur et sa vulnérabilité, la fragilité de l'auteur devant l'image.

Le film ne parle que de cela. De cette écriture libre qui nous rappelle l'émancipation d'un 7e Art qui voulait casser la lourdeur d'un cinéma à l'agonie. Mais la Nouvelle vague, puisqu'il s'agit d'elle, a rapidement oublié la fraîcheur indispensable au regard. Ce sentiment de renouveau, Arthur Joffé nous l'offre en allant voir du côté des primitifs. Ce cinéma né du néant. Puisque tout existe, faisons table rase et retrouvons cette pulsion originelle, cette fraîcheur cinématographique que nous offre le réalisateur.

 

Qui que tu sois César, ôte-toi de mon soleil 

RLHDTV

Vos émissions régulières regroupées en « Collections »

Nos hôtesses vous invitent à cliquer sur « Plan de vol » pour consulter nos sujets thématiques  d’une façon régulière sans subir le feu de l’actualité.

R    E    G    A    R    D    E    Z       L    E    S      H    O    M    M    E    S       D    A    N    S    E    R        

Le stylo et

L’image

 

Editions Montparnasse

Prix 19,90€

Retrouvez l’intégralité de nos sujets, reportages et documentaires vidéo  sur